top of page

075 LIVRE AU TRÉSOR (PHASE 2)

Auteur de projet

he-architectes

Objet

Transformation et extension d'une librairie (Phase 2)
Transformation et aménagement d'une librairie (Phase 1)

Lieu

Place Xavier Neujan, 27A - 4000 Liège (Belgique)

Maîtrise d'ouvrage

Livre aux Trésors

Statut

Livraison : 2022 (Phase 2)
Livraison : 2012 (Phase 1)

Surface

100 m² (Phase 2)
350 m² (Phase 1)

-

-

-

-

-

-

Description du projet

PHASE 2
Librairie généraliste à la façade discrète, Livre aux trésors a réussi à se forger un nom et une identité dans le paysage culturel et littéraire liégeois. Logée au milieu d’un ilot densément bâti, en lieu et place d’une ancienne discothèque, elle n’était visible et accessible que par sa porte d’entrée et son passage y attenant de 3m de large par 8m de long. L’on pénétrait alors dans un univers presque coupé du monde extérieur et entièrement dévoué aux livres, à la culture et aux médias. Ce manque de rapport à la rue et donc d’apport de lumière, nous avait conduit lors du premier projet à exploiter au maximum la verrière et la séquence d’entrée pour s’en servir de vitrine et lieu d’exposition. C’est après 10 ans et suite à une belle opportunité que la librairie a décidé de nous solliciter à nouveau pour bouleverser son rapport avec la place Xavier Neujean.
Cette opportunité c’est la reprise de la surface commerciale située à rue et anciennement occupée par un salon de coiffure. L’objectif était donc double, disposer d’une vitrine digne de ce nom pour exposer les nouvelles entrées littéraires et communiquer sur les évènements à venir ainsi que de laisser un maximum de lumière rentrer dans l’espace du rez-de-chaussée.
Pour les atteindre, deux grandes interventions ont été effectuées : la relocalisation du comptoir et le percement de deux baies entre le salon de coiffure et la librairie.
Une première petite baie est percée à côté de l’ascenseur permettant de créer une nouvelle zone privative et destinée à la gestion de la librairie et de ses commandes. De simples portes va-et-vient marquent la limite entre espace public et privé. Outre l’aspect purement pratique de ne pas avoir à se servir de ses mains encombrées de livres pour les ouvrir, elles permettent aux libraires situés dans cette zone privée de garder un lien direct avec leurs collègues et leurs clients, tout en laissant un minimum de lumière rentrer dans cet espace.
La seconde baie fait directement face à la vitrine. Celle-ci est maximalisée afin d’avoir une connexion franche entre les deux espaces, nous permettant à la fois d’aménager un accès à personne à mobilité réduite sous forme de mobilier d’exposition ainsi que de laisser un maximum de lumière envahir l’espace arrière.
L’ancien comptoir étant attenant à ce mur, ce fut l’occasion d’en concevoir un nouveau en adéquation avec son espace. Les enjeux d’un comptoir sont souvent les mêmes, accueillir les clients, encaisser les produits, rester visible pour être au service de la cliente. C’est donc naturellement que le comptoir fut conceptualisé comme un ilot, central et indépendant. Agissant comme un point de repère au milieu de la librairie, il permet également de libérer les surfaces verticales pour y privilégier l’exposition d’ouvrages.
Pour augmenter la polyvalence des lieux – la librairie organisant régulièrement des lecture, rencontre, etc. – une grande partie du mobilier a été réalisé sur roulettes. Ces meubles peuvent donc être déplacer et ranger dans diverses parties de la librairie sans devoir enlever les bouquins de leur présentoir et ainsi libérer l’espace.
Pour suivre le fil conducteur esthétique tracé lors du premier projet, l’ensemble du mobilier a été conçu à l’aide de panneau multiplis. Le système d’éclairage est répété permettant de garder une lecture et une cohésion d’ensemble.
---------------------------------------------------------------------------------------------
PHASE 1
La demande portait sur la transformation d’un bâtiment existant en cœur d’ilot pour y loger un commerce de livres et de médias divers.

La particularité du lieu – une ancienne salle de spectacle sur deux niveaux transformée par après en discothèque – est qu’il se trouve enfermé au milieu d’un ilot densément bâti et qu’il n’est accessible de la rue, que par un passage de 3 mètres de large sur 8 mètres de long passant sous un bâtiment. Le rez-de-chaussée est ainsi totalement dépourvu de lumière directe sauf via le passage décrit ci-dessus, l’étage supérieur étant lui largement éclairé par une imposante verrière à double pan.

Le positionnement des différentes fonctions et des divers rayons de la librairie ont fait l’objet de nombreuses discussions avec le Maître de l’ouvrage.

Il a été décidé d’installer au rez-de-chaussée, outre le comptoir et la réserve, les rayons littérature et sciences humaines.

​L’étage a été rendu accessible par le percement, dans l’axe de l’entrée et sous une verrière secondaire, d’une trémie qui reçoit l’escalier.

​Au premier niveau, la verrière principale a été maintenue et habillée par des panneaux en polycarbonate dans des tonalités de bleu qui forment une composition picturale « chantante » ; ce niveau accueille un bureau et un local pour le personnel ainsi que les rayons BDs, enfants et livres d’art.

L’entrée à rue se distingue par une porte vitrée/vitrine de très grande dimension. Le cadre de l’ouvrant est raidi par des pièces obliques en acier sur lesquelles s’accrochent des présentoirs à livre. Ainsi lorsque le magasin est fermé, la porte fait office de vitrine permettant l’exposition aux passants de volumes choisit par les libraires. Sur la gauche elle est bordée par une étroite vitrine fixe qui se prolonge dans le couloir d’entrée.

En ce qui concerne les aménagements intérieurs, il a été décidé de se baser, tant au point de vue des hauteurs que des matières, sur le système des étagères supportant les livres. Les pans de mur ne recevant pas de livres ainsi que les portes, mobiliers et plafond de l’entrée sont habillés de panneaux multiplis en mélèze. Ceux-ci sont, à certains endroits, troués pour laisser passer des vues ou de la lumière. Une tôle en acier galvanisé y est fixé au long de l’escalier et sur une partie du premier, créant ainsi une zone d’exposition.

Stabilité

B.E. Altega (Phase 2)
B.E. Cerfontaine (Phase 1)

-

-

-

-

Signalétique

• Signe du quotidien (Phase 2)
• NN Studio (Phase 1)

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Photographie

© Gatien Gregoire (Phase 2)
© Nicolas Bomal (Phase 1)

  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
148_LOGO.png
bottom of page